Tout savoir sur le secteur spatial privé chinois (New Space chinois) et actualités

chinese private space companies

Le New Space chinois est de plus en plus encadré

— Actualités du 28 avril 2019 —

Le mercredi 24 avril, la Chine a fêté sa quatrième journée de l’espace. Cette célébration est devenue annuelle dans tout le pays. Cela a été l’occasion d’annoncer un nouveau cadre légal pour les entreprises du New Space chinois, qui sont plus de 100. Entre les projets de ces entreprises et les projets des entreprises publiques, l’actualité spatiale de la Chine va être très dense au cours de la prochaine décennie.



crew dragon first flight



Pour le moment, le New Space chinois n’arrive toujours pas à atteindre l’orbite

— Actualités du 2 avril 2019

Pour construire son programme lunaire, la Chine ne peut pour le moment pas s’appuyer sur un secteur privé aussi dense que celui des Etats-Unis. Bien qu’elle possède un tissu grandissant de start-up spatiales qu’on appelle le New Space chinois, ces entreprises sont encore loin de pouvoir rivaliser avec SpaceX. Cela est illustré par le lancement raté du premier lanceur de OneSpace. L’entreprise chinoise a tenté d’atteindre l’orbite basse mais il semble qu’après une minute de vol, peu après la séparation du premier étage, le contrôle a été perdu.

Cet échec fait suite à celui de LandSpace en octobre. Pour le moment, les entreprises privées du New Space chinois ont encore des difficultés à atteindre l’orbite basse, mais elles finiront par réussir. iSpace va peut-être à son tour tenter sa chance ce mois-ci, avec à nouveau un lanceur de SmallSats d’une capacité de quelques centaines de kilos. On est donc encore loin des performances d’une Falcon Heavy, mais le New Space chinois avance vite. LinkSpace est déjà en train de travailler sur un lanceur de moyenne capacité. D’autres entreprises ont des ambitions de réutilisation.

Le New Space chinois prend une place croissante dans le secteur spatial mondial

— Actualités du 11 janvier 2019 —

On parle beaucoup du programme spatial chinois. Record du nombre de lancements de fusées en 2018, mission Chang’e 4 sur la face cachée de la lune… L’agence spatiale chinoise fait beaucoup parler d’elle, mais le secteur spatial en Chine n’est pas animé que par la CNSA. Comme partout autour du monde, le secteur privé est lui aussi en pleine expansion.

En 2018, LandSpace a par exemple fait une tentative de lancement orbital. Cela devrait s’accélérer en 2019 et dans les années qui suivent. Développement de lanceurs, moteurs au méthane, méga-constellations de satellites… Les entreprises du New Space chinois n’ont pas peur des objectifs ambitieux.

Le secteur spatial chinois a longtemps était la chasse-gardée des entreprises d’état. CASC, CASIC ou encore CALT ont longtemps été associés aux lanceurs Longue Marche, au vaisseau spatial Shenzhou ou à la constellation de satellites BeiDou. Mais depuis quelques années, d’autres noms reviennent de plus en plus régulièrement, des entreprises qui ne sont pas affiliées à l’état chinois et qui, comme les entreprises privées du secteur spatial en occident, pensent que l’espace peut rapporter de l’argent.

De nombreux lanceurs sont en cours de développement en Chine. Comme pour beaucoup d’industries, c’est au niveau des prix que les entreprises du New Space chinois pourraient bousculer la concurrence internationale, avec des annonces de lancements deux à trois fois moins chers que ce que proposent les entreprises du New Space occidental. Les propositions chinoises pourraient faire des ravages. Même si ces entreprises ne parviennent pas à convaincre des clients à l’étranger, le marché intérieur chinois annonce déjà une demande de plus en plus forte en lancements de fusées spatiales.

Les entreprises du New Space chinois sont très jeunes. La Chine a fait passer les lois qui autorisent des activités spatiales privées en 2014 et 2015. En seulement trois à quatre ans, plus de 60 entreprises ont créées le New Space chinois. Et la tendance va se poursuivre car les investisseurs sont présents et parmi eux on retrouve de grands noms du web. Par exemple, iSpace a obtenu l’équivalent de 80 millions d’euros de financements par des entreprises telles que Baidu, l’équivalent chinois de Google, et par l’équivalent chinois de Uber.

En réalité, les investisseurs chinois semblent tellement intéressés par le New Space qu’ils n’hésitent pas à dépasser leurs propres frontières. L’entreprise américaine Cloud Constellation vient par exemple d’obtenir 100 millions de dollars de financements auprès d’une banque chinoise. Cet argent chinois qui coule à flots peut même faire penser à une guerre économique et industrielle.

Au début du mois de de décembre 2018, Boeing a annoncé l’annulation de la construction d’un satellite pour son client américain Global IP. Quelques jours avant, une enquête du Wall Street Journal révélait que Global IP avait été financé 200 millions de dollars par des investisseurs proches du gouvernement chinois. Des investisseurs chinois investissent aussi dans Moon Express ou dans Planetary Resources. Alors que Wall Street commence à s’intéresser réellement au New Space, les banques et les fonds d’investissement chinois placent de grosses sommes d’argent dans le secteur, et pas seulement pour des entreprises chinoises.

Le New Space chinois est très jeune mais évolue à une vitesse fulgurante. Nous verrons si la Chine parviendra à faire émerger un géant privé de l’industrie spatiale capable de rivaliser avec SpaceX ou avec Arianespace. Après tout, on attend toujours un Airbus ou un Boeing chinois. Pour cela, il faudrait que les investisseurs augmentent encore les financements.

Le secteur privé chinois doit aussi composer avec un secteur public très fort. Le gouvernement chinois n’a pas l’air très intéressé par la perspective de faire partir ses charges utiles sur d’autres fusées que ses propres lanceurs Longue Marche. Aux Etats-Unis, les contrats de la NASA ont considérablement aidés au développement des entreprises du New Space. Une initiative gouvernementale similaire serait peut être nécessaire pour emmener les entreprises chinoises au même niveau que leurs concurrentes américaines.

Le succès de SpaceX a beaucoup influencé cette première génération d’entrepreneurs privés du secteur spatial chinois. Le nom d’Elon Musk est très souvent cité dans les quelques interviews qu’on peut trouver dans les médias occidentaux. Finalement, cela pourrait être en chine que le rêve d’Elon Musk d’un accès à l’espace à très bas coûts se réalisera.

Image by CASIC

Sources

Ceci devrait aussi t'intéresser



Space Lover, Apprends Comment...

Que veux-tu faire maintenant ?