Comet Interceptor : tout savoir et actualités

comet interceptor

La mission Comet Interceptor étudiera les comètes de très près

— Actualités du 2 juillet 2019 —

L’ESA viennent de valider une nouvelle mission pour la prochaine décennie dans le cadre de son programme Cosmic Vision. Cette mission s’appelle Comet Interceptor. Depuis ses débuts, l’ESA s’est spécialisée dans l’exploration de comètes. Grâce à cette nouvelle mission, l’agence spatiale européenne souhaite rendre visite à une comète qui a beaucoup voyagé. On suppose que les comètes à longue période sont issues du nuage de Oort, une hypothétique sphère d’objets glacés situés à très grande distance du soleil. L’orbite de ces objets est parfois perturbé et les envoie dans le système solaire interne. Comme ils sont principalement composés de glace volatiles, leur passage au plus près du soleil les vaporise lentement. D’immenses queuees de poussière apparaissent alors, ce qui fascine l’humanité depuis des milliers d’années.

Avec la mission Comet Interceptor, l’ESA souhaite explorer une nouvelle comète qui viendrait juste d’être expulsée du nuage de Oort et qui fera son premier passage près du soleil. Ce serait l’occasion idéale pour découvrir de tels objets inaltérés, sans avoir à faire un voyage de 300 ans jusqu’au nuage de Oort. La mission pourrait aussi cibler un objet interstellaire de type Oumuamua, ce qui serait peut-être une cible encore plus intéressante.

Comet Interceptor n’a pas encore de cibles prédéfinies. La mission n’en aura peut-être même toujours pas le jour de son lancement. Il est très difficile de découvrir une nouvelle comète longtemps à l’avance, au mieux on les identifie quelques mois ou années avant leur passage près du soleil, ce qui est bien trop court pour préparer une mission dédiée. L’ESA va donc expérimenter une nouvelle architecture qui doit permettre une réaction rapide lorsqu’un objet intéressant et interceptable sera détecté.

Après son lancement, Comet Interceptor s’installera autour du point de Lagrange L2 du système soleil-Terre et attendra que des télescopes terrestres identifient une cible. Elle devra alors utiliser ses propres moyens de propulsion pour se mettre sur une trajectoire d’interception. Une fois à proximité, la mission libérera trois petites sondes complémentaires qui analyseront l’objet. Pour permettre au lancement d’avoir lieu en 2028, l’ESA a choisi certains instruments déjà développés pour d’autres missions. La caméra sera la même que celle d’ExoMars TGO, et les détecteurs de poussière ou le spectromètre de masse sont issus du programme Rosetta. Globalement, Comet Interceptor aura une masse d’une tonne.

Depuis la découverte d’Oumuamua en 2017, on a envie d’en apprendre plus sur ces objets interstellaires. On pourrait avoir les premières photos rapprochées d’un objet issu d’un autre système. Espérons que d’ici 2028 nos méthodes de détection progressent. Le lancement du LSST (Large Synoptic Survey Telescope) au début de la prochaine décennie ouvre de bonnes perspectives. Le télescope va notamment scruter le système solaire en permanence à la recherche de nouveaux objets. On espère par exemple qu’il fasse grandir nos catalogues d’astéroïdes d’un facteur 10 à 100. Peut-être qu’il pourra voir arriver un nouvel astéroïde du même type que Oumuamua juste à temps pour que Comet Interceptor allume ses moteurs. Mais ce serait déjà bien d’observer de près un objet venu du nuage de Oort.

Image by ESA/Comet Interceptor





Sources

Ceci devrait aussi t'intéresser



Space Lover, Apprends Comment...

Que veux-tu faire maintenant ?