Tout savoir sur Encelade (lune de Saturne) et actualités

Comme la Terre, Encelade abrite des molécules organiques complexes

— Actualités du 3 juillet 2018 —

Notre système est riche en composés organiques. Ces molécules, dont la composition comprend au moins un atome de carbone, sont considérées comme les éléments chimiques fondamentaux de la vie. C’est pourquoi on les appelle des molécules organiques. Jusqu’à présent, les composés organiques découverts dans le système solaires sont assez simples : le méthane par exemple n’est composé que de 5 atomes. Cette chimie organique simple semble très répandue. Certains chercheurs pensent même que cela a pu se former dans le milieu interstellaire avant la naissance de notre système solaire. Mais notre système solaire accueille-t-il aussi une chimie organique complexe en dehors de la Terre ?

Une équipe de l’université de Heidelberg en Allemagne pense que cela est possible sur Encelade. Les données qui servent de base à leur étude proviennent de la sonde spatiale Cassini qui a plongée dans l’atmosphère de Saturne l’année dernière. Mais avant son épilogue spectaculaires, la sonde spatiale Cassini a mené des analyses de spectre des geysers d’eau qui se forment au pôle sud d’Encelade. Ces analyses montrent la présence de molécules organiques complexes. C’est la première fois qu’on en détecte en dehors de la Terre.

Jusqu’alors, les différentes molécules organiques détectées dans le système solaire avaient une masse proche de 50 unités de masse atomique unifiée. Cette unité correspond à un douzième de la masse d’un atome de carbone 12. Une molécule de méthane par exemple possède une masse de 16 unités de masse atomique unifiée. Certains des fragments de molécules organiques détectées par Cassini dans les geysers d’Encelade affichent des masses supérieure à 200 unités de masse atomatique unifiée. Ce sont des molécules très complexes composées de centaines d’atomes de carbone, d’hydrogène, d’oxygène et d’azote. Ce sont des molécules très différentes de celles détectées sur la planète Mars ou sur des comètes.

Sous la croûte de glace d’Encelade, une chimie complexe permet à ces molécules de se former. Il est maintenant presque sûr qu’Encelade possède un océan d’eau salé enfoui profondément sous sa glace. Peut-être que le plancher océanique d’Encelade accueille une activité hydrothermale : des fumeurs noirs, des sortes de petits volcans sous-marins, pourraient fournir l’énergie et la chaleur nécessaire à ces réactions chimiques. Les molécules organiques seraient ensuite amenées jusqu’en haut de l’océan par des bulles avant d’être éjectées dans l’espace par les geysers. Cet écosystème à base de fumeurs noirs, d’océan souterrain et de geysers pourrait exister depuis plusieurs milliards d’années. Cela est insuffisant pour qu’une protéine puisse se former de manière spontanée. Les geysers d’Encelade offrent cependant une opportunité unique de savoir ce qui se passe dans les profondeurs de la petite lune de Saturne.

Il va falloir être patient : aucune mission spatiale vers le système saturnien n’est prévu, et même si une telle mission est validée il faudra entre cinq et dix ans de développement, puis cinq à dix ans de voyage avant de voir les premiers résultats. Il faut donc espérer que les analyses des résultats de Cassini révèle encore de nouvelles données intéressantes à exploiter.

Encelade possède des éléments nécessaires à la présence de la vie

— Actualités du 18 avril 2017 —

La mission Cassini a révélé que l’océan d’Encelade enfoui sous des kilomètres de glace est alimenté en hydrogène par l’activité hydrothermale du noyau. Concrètement cela veut dire que cette lune saturnienne possède une brique supplémentaire favorable à l’apparition de la vie. Ainsi, en plus d’un océan liquide on a maintenant la preuve que de potentielles formes de vie disposeraient d’une source d’énergie viable grâce à la méthanogénèse. Comme le signale Thomas Zurbuchen, administrateur associé de la NASA, nous n’avons jamais été aussi proches de découvrir un monde potentiellement habité.

Visuel by NASA/JPL/Space Science Institute [Public domain], via Wikimedia Commons

Reçois l'actualité de l'exploration et du tourisme spatial par email

Abonne-toi pour rester connecté à l'actualité du tourisme spatial ! Renseigne ton adresse email, choisis ton langage puis clique sur "OK". Tu recevras alors un email de confirmation, clique dedans pour confirmer ton abonnement. Tu es libre de te désabonner à tout moment.