Vol suborbital

A 100km d’altitude au-dessus de la Terre (limite de Karman), l’appareil fait un vol plané pendant quelques minutes (environ 4 minutes), l’équipage ressent alors les effets de l’apesanteur, puis l’appareil revient sur Terre pour y atterrir.
Le premier vol suborbital habité a eu lieu en 1961 par la NASA

Pendant un vol suborbital, on peut voir le ciel noir en plein jour, voir les contours d’un pays comme la France dans son entièreté, et voir la courbure de la Terre.

Chaque vol suborbital coûterait au moins 60 millions d’euros à organiser.
Pour réduire les coûts, la piste du lanceur réutilisable est examinée avec intérêt. Mais certains sont sceptiques sur les débouchés de cette piste : est-on vraiment prêt à réutiliser une chambre de combustion d’un moteur-fusée qui a chauffé à 3000 degrés ? Cela reste très complexe.

Les prix vont rester élevés, ça n’est pas prêt de devenir accessible au plus grand nombre. Mais le prix des énergies, le gros poste de coût, finira par baisser et donc aussi les billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *