5 menaces pour les astronautes dans la station spatiale

securite astronautes

Dans une station spatiale, les astronautes sont exposés à cinq dangers majeurs.

Le feu

La station spatiale comporte beaucoup d’électronique dissimulé derrière des panneaux, il est donc parfois difficile de détecter un feu. C’est pourquoi des capteurs déclenchent l’alarme en cas d’incendie. Pour éteindre l’incendie, les astronautes disposent d’extincteurs remplis de CO2 ou de vapeur d’eau. Si toutefois le feu devenait incontrôlable, les astronautes seraient alors obligés de quitter la station spatiale en prenant place à bord de la capsule Soyouz.

Les rayons du soleil

Le soleil est la source d’énergie de la station spatiale grâce aux panneaux solaires. L’énergie accumulée pendant les seize passages quotidiens de la station côté soleil permet d’alimenter la station pendant les seize passages quotidiens du côté de la Terre non exposé au soleil. Mais le soleil est aussi une menace pour la station et donc ses habitants : elle expose la station à des températures extrêmes variant de 200° quand la station est exposée au soleil à -170° quand la station est à l’ombre ! Les astronautes sont exposés aux radiations solaires, 100 fois plus que sur Terre.

La dépressurisation

Un débris spatial projeté à des milliers de km/h et qui viendrait percuter la station spatiale peut faire un trou qui déclencherait la dépressurisation et une perte d’oxygène. Dans ce cas on isole le module affecté du reste de la station, puis on le répare. Pour limiter les débris spatiaux, les déchets générés par les astronautes sont renvoyés sur Terre via un véhicule cargo qui se désintègre en brûlant lors de son entée dans l’atmosphère.

Manquer d’eau et respirer de l’air toxique

Très peu d’eau est acheminé à partir de la Terre. On recycle donc toutes les eaux usées de la station spatiale : transpiration, urine, condensation pour être le plus possible indépendant d’un approvisionnement de la Terre. Par électrolyse l’eau génère aussi l’oxygène de la station spatiale. Le risque est qu’une substance toxique, par exemple le liquide utilisé pour traiter l’urine, se retrouve présent dans l’air généré par le système de recyclage. Ce serait très dangereux pour le système respiratoire et les yeux des astronautes.

S’étouffer dans son sommeil

Pendant le sommeil, le CO2 contenu dans l’air expiré par l’astronaute forme une petite bulle sur le visage, car en impensanteur les gaz ne « s’évaporent » pas comme sur la Terre. L’astronaute risque alors de s’étouffer pendant la nuit, simplement en respirant ! C’est pourquoi dans le compartiment où dorment les astronautes, un petit ventilateur est situé près de leur visage pour dissiper le CO2 qui s’accumule.

Sources :
Thomas Pesquet et les dangers de l’ISS (inédit), Cnes, 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *