Tout savoir sur la mission ExoMars et actualités

ExoMars Trace Gas Orbiter (TGO) guidera le rover ExoMars

— Actualités du 22 mai 2018 —

Le satellite ExoMars Trace Gas Orbiter de l’ESA est arrivée en orbite de la planète Mars à la fin de l’année 2016. Pourtant, le satellite a atteint son orbite définitive il y a quelques semaines seulement. Cela est dû à une longue phase d’aérofreinage qui a permis à l’orbiteur de l’agence spatiale européenne de manoeuvrer en ne consommant presque pas de carburant. L’aérofreinage est une technique d’astronautique qu’il est utilisée dans les voyages interplanétaires depuis le début des années 1990. Cette manoeuvre consiste à faire traverser les couches hautes d’une atmosphère par un vaisseau spatial. Cela permet de freiner le vaisseau spatial et donc de modifier son orbite. Pour ExoMars TGO, il a fallu onze mois. Le vaisseau spatial européen a ensuite utilisé ses propulseurs pour se stabiliser sur une orbite circulaire à la planète Mars. Sur cette orbite, ExoMars Trace Gas Orbiter peut enfin faire travailler ses instruments de manière optimale. L’ESA a publié une première photo saisissante de la caméra depuis l’orbite finale.

L’orbite d’ExoMars TGO lui permet de prendre des clichés tôt le matin ou tard le soir, et donc d’observer les sites martiens avec des lumières très différentes. En plus de l’intérêt esthétique de ces images, cela permet surtout de mieux comprendre les processus journaliers sur la planète rouge. La caméra permet également de prendre des images en relief. Ce qui intéresse tout particulièrement les quatre instruments d’ExoMars Trace Gas Orbiter, c’est l’atmosphère de Mars et la façon dont celle-ci est alimentée. La présence de méthane notamment pourrait signaler une activité chimique ou biologique dans les profondeurs de Mars. Mais il faut déjà identifier les sources géographiques de ce méthane et ses variations temporelles. ExoMars TGO doit également essayer de localiser les réservoirs de glace à la surface de Mars ou légèrement en profondeur. Le satellite européen devrait nous indiquer quels sont les endroits les plus intéressants pour forer.

Une foreuse équipera justement le rover de la mission ExoMars qui doit décoller pendant l’été 2020. ExoMars TGO et le rover ExoMars partagent le même nom car leurs missions sont complémentaires. ExoMars TGO servira d’ailleurs de relais de communication pour le premier rover martien européen. Le rover ExoMars se posera dans le bassin d’Oxia Planum qui a pu abriter un lac il y à quelques milliards d’années. Les données qu’ExoMars TGO pourra collecter sur cette région seront donc particulièrement analysées. La foreuse du rover ExoMars sera capable d’atteindre 2 mètres de profondeur, ce qui devrait être suffisant pour analyser d’éventuels poches de glace mises en évidence par l’orbiteur ExoMars TGO. C’est donc une véritable enquête géologique, chimique et peut être même biologique qui aura lieu pendant les cinq prochaines années, à condition que le rover ExoMars se pose et fonctionne sans problèmes.

Image by ESA/ATG medialab

Reçois l'actualité de l'exploration et du tourisme spatial par email

Abonne-toi pour rester connecté à l'actualité du tourisme spatial ! Renseigne ton adresse email, choisis ton langage puis clique sur "OK". Tu recevras alors un email de confirmation, clique dedans pour confirmer ton abonnement. Tu es libre de te désabonner à tout moment.