Tout savoir sur l’entreprise Firefly Aerospace et actualités

Le premier vol du lanceur de Firefly Aerospace aura lieu en 2019

— Actualités du 8 mai 2018 —

Un nombre incroyable d’entreprises ont été créées ces dernières années pour fabriquer des lanceurs légers. Parmi ces entreprises, Firefly Space Systems a fait faillite. Fondée en 2014, l’entreprise avait commencé à travailler sur le lanceur Firefly Alpha. Ce lanceur était prometteur : les moteurs FR2 du premier étage étaient prévus pour fonctionner grâce au méthane. La solution de Firefly Space Systems était un peu particulière puisque le premier étage était équipé de 12 tuyères traditionnelles mais elle déversaient leurs produits de combustion sur une structure spécifique. Cela devait permettre un fonctionnement optimal à presque toutes les altitudes et une économie d’ergols de 20% à 30% durant les premières phases du vol.

Firefly Space Systems aurait été la première organisation à développer un lanceur équipé de cette technologie. Mais Firefly a fait faillite. Il semblerait cependant que l’entreprise a été reformée avec de nouveaux investisseurs, cette fois sous le nom de Firefly Aerospace. Ce changement de nom a été accompagné de modifications drastiques pour le lanceur Firefly Alpha. Le lanceur doit brûler du kérosène avec des tuyères conventionnelles. La capacité du nouveau lanceur a augmenté : la première version du Firefly Alpha devait être capable de placer 400 kilos en orbite basse, alors que la nouvelle version sera capable d’emmener une charge utile d’une tonne.

Firefly Aerospace vient de recevoir l’autorisation de l’US Air Force pour utiliser le pad de lancement de la base de Vandenberg, actuellement utilisé par la fusée Delta 2, qui va bientôt prendre sa retraite. Le pad sera modifié pour pouvoir tirer des lanceurs Firefly Alpha. Les premiers vols devraient arriver vite même si la motorisation du premier étage change fortement. La structure du lanceur en fibre de carbone et le moteur du second étage sont récupérés du précédent projet, ce qui permet à Firefly Aerospace de prévoir un vol d’inauguration au troisième trimestre 2019. L’entreprise espère pouvoir atteindre assez rapidement une cadence de tir mensuelle.

La capacité d’une tonne de Firefly Alpha place le lanceur comme un concurrent crédible au PSLV, le lanceur indien. Le PSLV est une solution très populaire pour le lancement en grappes de Small Sats, un rôle que Firefly Aerospace aimerait bien avoir. On vient d’apprendre qu’Arianespace veut aussi que Vega ait ce rôle. Le petit lanceur européen va tester dès l’année prochaine la plateforme de déploiement de CubeSat.

Reçois l'actualité de l'exploration et du tourisme spatial par email

Abonne-toi pour rester connecté à l'actualité du tourisme spatial ! Renseigne ton adresse email, choisis ton langage puis clique sur "OK". Tu recevras alors un email de confirmation, clique dedans pour confirmer ton abonnement. Tu es libre de te désabonner à tout moment.