Tout savoir sur SpaceX et actualités

SpaceX va occuper 27 hectares supplémentaires du centre spatial Kennedy

— Actualités du 12 juin 2018 —

SpaceX souhaite accélérer la cadence de ses lancements. Bien que l’entreprise se concentre maintenant sur le développement de la BFR, la Falcon 9 et la Falcon Heavy s’envoleront encore de nombreuses fois. Lors d’une conférence donnée avant le premier lancement de la Falcon 9 Block 5, Elon Musk avait estimé qu’elle volerait encore 300 fois avant que la BFR prenne le relais. Mais supporter plusieurs dizaines de lancement et d’atterrissages par an n’est pas possible sans les infrastructures adaptées. C’est pourquoi SpaceX discute actuellement avec la NASA et l’état de la Floride à propos d’une extension massive de ses installations au centre spatial Kennedy.

La NASA a publié un document qui donne un premier aperçu de ces futures installations. SpaceX prendra le contrôle de 27 hectares de terrain situés au sud-ouest du complexe de lancement numéro 39. La plus grande partie de la construction concernerait un centre de contrôle comprenant une tour de 90 mètres. C’est à partir de ce centre de contrôle que SpaceX pourrait gérer toutes ses missions de lancement de cargos ou d’équipage depuis la Floride. Le document dit qu’un tel centre spatial pourrait permettre le lancement de 10 lanceurs Falcon Heavy et de 54 lanceurs Falcon 9 par an. SpaceX construira également sur ce terrain un centre de remise en état et de stockage des premiers étages et de leurs coiffes, sur 12000 mètres carrés.

SpaceX prévoit d’exposer ses vaisseaux spatiaux en plein air, dans un jardin de fusées ouvert aux visiteurs. L’essentiel du terrain cédé par la NASA serait cependant laissé libre et réservé pour des évolutions futures. Ces installations permettront d’exploiter les deux pas de tir que SpaceX utilise en Floride au maximum de leurs capacités. Si on ajoute à cela le pas de tir de la base de Vandenberg en Californie et celui qui est en construction à Boca Chica Village, dans le sud du Texas, l’entreprise se donne vraiment les moyens d’accélérer la cadence de lancement. A la fin du mois, SpaceX devrait effectuer son deuxième vol de l’année. L’entreprise est donc bien partie pour battre en 2018 un nouveau record en nombre de lancements de fusées.

Mais en Floride, il n’y a pas que chez SpaceX que les choses bougent car un peu plus loin sur le centre spatial Kennedy, l’usine géante de 70000 mètres carrés de Blue Origin commence également à entrer en activité. C’est ici que seront assemblées et stockées les fusées New Glenn qui réaliseront les activités orbitale de l’entreprise. Blue Origin est aussi en train de modifier le complexe de lancement 36 situé à une quinzaine de kilomètres plus loin pour accueillir ses fusées. Concernant le contrôle de ses opérations, l’entreprise ne voit pas encore aussi grand que SpaceX. Pas de tour design futuriste pour Blue Origin, les contrôleurs d’une mission s’installeront au dernier étage de l’usine pour voir partir leurs lanceurs. Les installations du centre spatial Kennedy ne serviront qu’à l’assemblage final des fusées. Dix premiers étages pourront aussi être stockées dans ce bâtiment. Les moteurs BE-4 qui équipent le premier étage seront produits en Alabama dans une autre usine de presque 20000 mètres carrés.

SpaceX n’a pas réussi à récupérer la coiffe de sa fusée

— Actualités du 27 février 2018 —

La semaine dernière, SpaceX a réalisé une nouvelle tentative de récupération d’une coiffe de fusée. Ces pièces sont coûteuses et ont un intérêt économique évident pour la récupération. L’entreprise américaine a donc déployé les grands moyens pour essayer de récupérer une des deux moitiés de la coiffe de son lanceur. Un parachute, des mini-fusées et un gigantesque filet de réception n’ont malheureusement pas suffi car la coiffe a amerri à quelques centaines de mètres de la zone prévue. La coiffe semble cependant être en bon état et la distance entre cet élément et la zone cible est finalement très faible au regard de la vitesse des éléments de la fusée lors de leur rentrée atmosphérique. SpaceX devrait rapidement faire une nouvelle tentative.

SpaceX pourrait réaliser des économies à partir de 20 lancements par an

— Actualités du 5 décembre 2017 —

Une étude réalisée par le centre spatial allemand a conclue que SpaceX pourrait commencer à réaliser d’importantes économies à partir de 20 lancements par an. L’entreprise américaine a déjà effectué 16 lancements en 2017, et devrait finir l’année à près de 20 lancements de fusées spatiales. L’année prochaine, SpaceX pourrait donc commencer à réellement profiter de son business model basé sur la réutilisation de ses fusées spatiales. Cela questionne sur le futur proche des agences spatiales, comme Arianespace. Si l’Allemagne est critique envers Arianespace, c’est parce que l’Allemagne est beaucoup moins investie auprès d’Arianespace que la France ou l’Italie. Les futurs satellites-espions allemands seront d’ailleurs lancés par des Falcon 9. Si SpaceX réussit le pari de la réutilisation de ses fusées spatiales, cela devrait réellement baisser les coûts de l’accès à l’espace.

SpaceX lance sa douzième fusée de l’année

— Actualités du 29 août 2017 —

SpaceX a lancé sa douzième fusée de l’année. Le 24 août, l’entreprise américaine a placé en orbite un satellite de recherche taïwanais. Ce douzième lancement permet à SpaceX de devenir le plus gros lanceur depuis le début de l’année. La Russie n’a réalisé que 11 tirs sur la même période, la Chine 8, l’Europe 6 et ULA 5. Même si certaines de ces entreprises, notamment Arianespace, réalise de nombreux lancements doubles, SpaceX est idéalement positionné pour devenir le leader des lancements spatiaux dans un avenir très proche. La stratégie visionnaire d’Elon Musk est doucement en train de prendre forme. Il est dorénavant établi que l’entreprise parvient à récupérer le premier étage de ses fusées.

Pour que la révolution promise par Elon Musk ait effectivement lieu, il faut que le coût de lancement des premiers étages réutilisés soit négligeable. Mais en plus des défis techniques, SpaceX n’est pas à l’abri d’une mauvaise gestion des affaires. Le lancement du 24 août a par exemple coûté des millions de dollars à l’entreprise car le satellite taïwanais, unique passager de la fusée, ne pesait que 475 kg. Il avait à l’origine était prévu de le lancer sur une Falcon 1, la fusée légère de SpaceX qui a depuis a été abandonnée. Selon certaines estimations, ce lancement aurait coûté 14 millions de dollars à SpaceX. Il reste donc des progrès à accomplir pour que l’eldorado économique du spatial commence.

SpaceX lance une fusée dont le premier étage est réutilisé

— Actualités du 11 avril 2017 —

SpaceX, l’entreprise du milliardaire Elon Musk, a accompli le 30 mars 2017 un exploit sans précédent en tirant pour la première fois une fusée dont le premier étage était récupéré d’un vol précédent.

Et cet étage a une nouvelle fois été récupéré. Il pourrait donc servir de base pour un troisième tir. Au-delà de l’exploit technique, ce vol vient confirmer que le business model de SpaceX à base de fusées réutilisables est techniquement viable.

Si l’entreprise parvient, comme elle en a l’ambition, à diminuer les coûts d’inspection et de remise en état entre chaque vol, c’est une toute nouvelle ère qui se profile pour l’industrie de l’accès à l’espace. En effet, la diminution drastique des coûts de lancement permettrait de multiplier les applications du spatial et peut-être même la possibilité de vols pour de simples citoyens. Après des décennies d’immobilisme, ça fait du bien de rêver.

Sources

Reste connecté à l'espace

À ne pas manquer !


Ceci devrait aussi t'intéresser